Indiana Jones and International Law: Hero or Looter? – A review by Lucas Lixinski

indianaThe iconic Indiana Jones quadrilogy, particularly the first three movies, have been highly influential in nurturing generations of archaeologists. Those movies are pop culture, and thereby speak to a more general audience, but they are highly influential in communicating ideas about heritage and international law around it. They focus more on the figure of the archaeologist as an adventurer, and the ethics of that profession, but they also portray the ethics and law around cultural artefacts. But the relationship between the whip-wielding, fedora-wearing iconic action character and the law is more complicated. From the perspective of international law, if Indiana Jones were around today he would be likely characterized as a looter, yet one whose activities would be condoned and even encouraged by the politics of the field of international cultural heritage law. Continue reading

Conférence de Michael Wood sur l’identification du droit international coutumier – 26 février

michael-woodSir Michael Wood, Rapporteur Special de la Commission du droit international des Nations Unies sur la question de l’identification du droit international coutumier et Senior Fellow au Centre Lauterpacht pour le droit international de l’Université de Cambridge, donnera le  26 février une conférence ouverte au public sur la question de l’identification du droit international coutumier.

Inscrit depuis 2012 au programme du travail de la Commission du droit international, le sujet de la détermination du droit international coutumier constitue une des questions fondamentales en droit international. Sir Michael Wood, nommé Rapporteur spécial sur le sujet en 2012, présidera l’ULB un séminaire d’experts belges et internationaux sur la formation et l’identification du droit international coutumier, organisé par le Centre de droit international les 26 et 27 février 2016.

La conférence ouverte au public aura lieu à l’ULB à 17h30 (local à préciser).

Pour plus d’informations, veuillez contacter le professeur Vaios Koutroulis (vkoutrou@ulb.ac.be).

Midi du centre animé par Sofia Stolk le mardi 26 janvier

36a440bLe centre de droit international a le plaisir de vous annoncer que le prochain midi du centre aura lieu le mardi 26 janvier. Il sera animé par Sofia Stolk et aura pour thème: “The Record on Which History Will Judge Us Tomorrow’: Auto-History in the Opening Statements of International Criminal Trials”. Continue reading

Les animaux ont-ils des droits ? par Vincent Chapaux et Laurent Weyers (avec la participation de Anne Lagerwall) – Une performance du 7 mars 2014

Macintosh HD:Users:Helene:Desktop:Capture d’écran 2015-12-30 à 13.24.47.png

L’obscurité est presque totale. Sur la scène encore faiblement éclairée, on aperçoit un pupitre quelque peu esseulé. En surplomb, sur un écran disposé pour l’occasion, la question est posée : Les animaux ont-ils des droits ? Soudain, une musique aux accents électroniques commence à résonner. Perçant l’obscurité avec solennité, trois silhouettes s’avancent alors lentement, accompagnant d’un pas vers l’avant chaque mesure de cette mélodie endiablée jusqu’à faire leur entrée sur la scène. De ces trois personnes, toutes revêtues d’une robe de magistrat, la première, qui est une femme, prend en premier lieu la parole. Elle explique que les deux experts qui l’accompagnent, Maître Corbeau et Maître Renard, plaideront respectivement que les animaux ont des droits ou, au contraire, qu’ils n’en ont pas, et précise qu’elle présidera les débats. Sur son ordre, un film est projeté à l’écran.  Continue reading

Storm (La révélation, Hans-Christian Schmid, 2010): sons et images sur les victimes et les limites de la justice internationale pénale – Une analyse de Marie-Laurence Hébert-Dolbec

Mise en page 1Manifestement inspiré voire influencé par l’intrigue judiciaire autour de l’ex-Président de la République serbe de Bosnie, Radovan Karadzic, Storm (traduit en français par La révélation), film de Hans-Christian Schmid, a comme toile de fond la justice internationale pénale post-Guerre froide et, plus précisément, le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (ci-après « le TPIY »). Ce film nous entraîne au cœur de la justice internationale pénale et des tractations politiques et judiciaires concomitantes au procès de Goran Duric (Drazen Kühn), candidat vedette à la présidence d’une Serbie qui veut (et que l’on veut voir) accéder à l’espace européen. Après avoir été écartée d’un poste important au sein du Bureau du Procureur au profit d’un collègue masculin, Keith Haywood joué par Stephen Dillane, Hannah Maynard (Kerry Fox) hérite des rênes du procès Duric pour des événements ayant eu lieu dans le village serbe de Kosmaj. Or, lorsque le témoin sur lequel reposait l’accusation – Alen Hajdarević (Kresimir Mikic) – se donne la mort après un contre-interrogatoire ayant miné sa crédibilité, Maynard part sur les traces de ce dernier. La quête de l’avocate l’amène dès lors à réaliser que le témoin voulait rendre justice à sa soeur – Mira Arendt (Anamaria Marinca). Celle-ci se révèle être, non seulement, la véritable clé de l’affaire, mais permet également de démontrer l’existence d’un camp où étaient commises des violences sexuelles à l’égard des femmes dans le village de Vilina Kosa. S’en suit une longue cavale pour l’amener à témoigner. Continue reading

Declare Independence (Björk) : le droit à l’autodétermination en question – Une analyse d’Olivier Corten

Björk Guðmundsdóttir, plus connue sous le nom de Björk, est une artiste islandaise qui est principalement connue dans le domaine de la chanson, même si elle a poursuivi parallèlement une carrière d’actrice (on remarquera notamment sa prestation dans Dancer in the Dark (Lars von Trier, 2000), qui présente l’originalité de combiner les genres de la comédie musicale et du film « judiciaire »). Sa carrière solo se développe dans les années 1990, dans un contexte où se popularise une musique électronique expérimentale, associant rythmes hip hop et ambiances sombres inspirées du post-punk. Björk connaît ainsi, parallèlement à des groupes comme Massive Attack ou Portishead, ainsi que des artistes comme Tricky, un succès notable, sa voix haut perchée et ses vocalises parfois atonales et stridentes lui conférant toute son originalité. Continue reading