Paulette Pierson-Mathy – In memoriam

 

Paulette Pierson-Mathy qui vient de nous quitter ce 19 septembre 2021 était une professeure de droit à l’Université libre de Bruxelles (ULB) et une militante qui mettait sa science juridique au service d’un militantisme intransigeant pour la défense des peuples sous domination coloniale et le soutien des peuples gouvernés par des gouvernements minoritaires racistes ou indifférents au respect des droits et libertés fondamentaux. C’est en luttant en permanence pour la préservation des droits de ces peuples que Paulette Pierson-Mathy s’était engagée dans plusieurs combats : au côté des peuples colonisés d’Afrique luttant pour l’exercice de leur droit à disposer d’eux-mêmes – Namibie, Angola, Rhodésie, Mozambique, Guinée-Bissau, Cap Vert, Sahara occidental –, au côté du peuple sud-africain luttant contre le régime d’apartheid, au côté du peuple marocain soumis à de graves violations des droits humains, et au côté du peuple vietnamien luttant contre l’intervention américaine dans les années 60-70.

Travailleuse infatigable et auteur de nombreux écrits, Paulette Pierson-Mathy était chargée de cours honoraire de la Faculté de droit et de la Faculté des Sciences sociales politiques et économiques où elle enseigna le droit international (1972-1997). Spécialiste internationalement reconnue de plusieurs situations Africaines, elle était maître de recherches au Centre de droit international (où elle fut, un temps, secrétaire de la Revue belge de droit international) ainsi qu’au Centre des Études Africaines de l’Institut de Sociologie (ULB) où elle exerçait sa principale activité.

Égérie de la lutte contre l’apartheid, Paulette Pierson-Mathy avait reçu, le 25 avril 2019, l’ordre des “Companions of OR Tambo in Silver”.

Le texte accompagnant cette juste récompense témoigne du magnifique activisme de la récipiendaire pour la justice dans diverses parties de l’Afrique :

Pierson-Mathy is a prolific author of original reports and publications providing deep insights into the realities of apartheid, and the struggle for liberation in Africa. She has written about the United Nations’s action against apartheid, the legality of national liberation struggles, new forms of a revolutionary struggle, the application of war legislation and humanitarian principles in guerilla operations, the birth of African Nations after national wars of liberation.

[…]

Fighting for the restoration of peace and respect for the right to self-determination for oppressed peoples through writing was not enough for her; she made a point of visiting these areas in person despite the dangers to herself. In addition to organising several international conferences on Namibia’s statute, she also organised several sessions of the international Commission of Enquiry into apartheid crimes. She presided on several missions of legal experts in frontline states destabilised by South African politics.

[…]

The reports of this missions published by the UN are testament to the courage, sense of rectitude and humanity. Due to her tireless efforts, she has met with many leaders of the liberation struggle in Southern Africa, most of them eminent intellectuals such as Agostino Neto, the first President of Angola, Mario de Andrade, Marcelino dos Santos, Joachim Chissano of Mozambique, Oliver Tambo, the then President of ANC, Sam Nujoma of Namibia and Vasco Cabral of Guinea Bissau.”

Photographie prise en 1970. Assis de gauche à droite, Denise Salmon-Mathy, Eric David et Pierre Mertens. Debout, de gauche à droite, Jacques Noël, Jean Salmon, Michel Vincineau, Paulette Pierson-Mathy et Nicole Janssens.

Le Centre de droit international salue en la personne de Paulette Pierson-Mathy la combattante de tous les instants pour le droit des peuples à la justice et pour le respect fidèle du droit international. Il présente ses condoléances émues et chaleureuses à sa famille ainsi qu’à tous ceux qui l’ont connue et appréciée.

 24 septembre 2021.

Une réflexion au sujet de « Paulette Pierson-Mathy – In memoriam »

  1. Legrand Jean-pierre

    Merci au centre de droit international pour la fort belle nécrologie qui m’a informé et ému. Etudiants des années septante et 80, nous souhaitons évoquer d’une part notre souvenir éclairé d’une enseignante aux compétences transversales – droit, politique, langues, engagement – d’autre part la poursuite de ses combats et l’hommage des combattants (Pierre Galand et ses successeurs semblent les personnes à contacter). Quand cela vous sera possible, j’aimerais que nous parlions des intentions du centre quant à une commémoration. Merci beaucoup, Amitiés

    Répondre

Laisser un commentaire