Disparition de Jean Vandeveld, un éditeur d’exception

C’est avec beaucoup de tristesse que le Centre de droit international a appris la disparition, le 18 août, de Jean Vandeveld qui a incarné pour nombre de juristes les éditions Bruylant auxquelles il a consacré un demi-siècle et qu’il a dirigées jusqu’en 2011. Outre son humour et sa jovialité, sa curiosité et sa finesse, Jean Vandeveld se caractérisait aussi par la volonté d’offrir au droit international une place de choix parmi les publications de sa maison d’édition, en soutenant par exemple la Revue belge de droit international à partir de 1976 et la collection de droit international à partir de 1981. A l’occasion des 175 ans des éditions, Jean Salmon avait souligné les qualités de cet éditeur d’exception auquel le Centre était si attaché dans un discours que vous pouvez consulter ici.

Jean Salmon et Jean Vandeveld

Une réflexion au sujet de « Disparition de Jean Vandeveld, un éditeur d’exception »

  1. Patrick Cahez

    Triste nouvelle d’apprendre la disparition de cette très belle personne que j’ai eue le plaisir de connaître et avec qui j’ai pu discuter. Un merveilleux souvenir. Le catalogue extraordinaire de qualité – et inépuisable – de ses publication illustre l’éditeur exceptionnel qu’il a été pour le Droit, dont je trouve qu’il a contribué à promouvoir et défendre l’importance. On ne peut que regretter sa disparition alors qu’une vision comptable l’emporte sur le principe matriciel du respect de la dignité et substitue l’optimisation des profits au respect des droits humains. Une nostalgie aussi pour sa librairie – que je trouvais extraordinaire – rue de la Régence, malheureusement fermée.

    Répondre

Laisser un commentaire