Archives de catégorie : Le droit international (n’) est-il (que) littérature ?

sas 687Il y a un peu plus d’un siècle paraissait un article de Eugène Audinet, intitulé « Les traces du droit international dans l’Iliade et dans l’Odyssée » (R. G. D. I. P., 1914, pp. 29-63). Depuis, et en dépit du développement d’un courant Law and Literature (« Droit et littérature ») depuis les années 1970, on ne relève que très peu de réflexions sur les relations entre le droit international et les fictions littéraires. La présente rubrique a pour vocation à combler cette lacune, en proposant de brefs commentaires d’œuvres qui sont généralement diffusées auprès d’un large public. Dans bon nombre de cas, ces œuvres véhiculent certaines représentations particulières du droit international qui, comme pour le cinéma ou d’autres médias, sont loin d’être neutres sur un plan idéologique.

Pour chaque commentaire, une présentation générale de l’œuvre et de la place que le droit international y occupe est associée avec des citations extraites de l’ouvrage.

Toute personne intéressée peut envoyer une proposition de commentaire (qui doit faire entre 3 et 5 pages au maximum, citations comprises) à Olivier Corten ( ocorten@ulb.ac.be ).

Solo. Une nouvelle aventure de James Bond (William Boyd, 2013) : « il y avait là en jeu plus que le désir de préserver les règles du droit international » – Une analyse d’Olivier Corten

Macintosh HD:Users:olivier:Desktop:41rTXG6-6BL._SX210_.jpgComme cette réflexion que se fait Bond —James Bond— le suggère, le droit international occupe une place, mais une place toute relative, dans ses aventures. Il en est particulièrement ainsi de « Solo », que l’on doit à la plume de l’écrivain britannique William Boyd. Auteur de romans à succès et en même temps célébrés par la critique (comme on le constatera en visionnant l’extrait reproduit ci-dessous d’une émission « apostrophes » diffusée en 1985, Bernard Pivot s’était ainsi publiquement engagé à rembourser tout lecteur qui serait déçu par l’un de ses romans), Boyd est né à Accra et a publié plusieurs récits qui se déroulent en Afrique (Un Anglais sous les tropiques, 1981 ; Comme neige au soleil, 1982 ; Brazzaville plage, 1990, …) ainsi que, plus tardivement, un certain nombre de thrillers d’espionnage (La Vie aux aguets, 2006 ; Orages ordinaires, 2009 ; L’Attente de l’aube, 2012). Continuer la lecture

A most wanted man (John le Carré – 2008): law and lawyers as appetizers – A review by Arnaud Louwette

a_most_wanted_man_26186When Issa, a young Chechen, clandestinely disembarks in Hamburg on a boat coming from Sweden, he is a troubled man. On the verge of madness, he has been jailed and tortured in both Russia and Turkey where he has been convicted of terrorism for reasons unknown to the reader. Not surprisingly given that background, Issa isn’t exactly the trusting type. And, when at some point, he contacts a lawyer, Annabel Richter, he does so with one precise – albeit obscure – goal, to serve as an intermediary with Tommy Brue, an old-fashioned private banker indebted to his natural father. The reader doesn’t know much of Issa’s convoluted background. But neither do intelligence services for that matters. They nonetheless acquire an interest in him given his past association with terrorism, the fact that he is an “illegal” migrant, and their perception of him as an Islamist radical. Amongst them, is Günther Bachmann, from a special service within German intelligence services. Continuer la lecture

Moi, Surunen, libérateur des peuples opprimés (Arto Paasilinna) : les droits de l’homme, une farce? , par Olivier Corten*

Macintosh HD:Users:olivier:Desktop:91GAsf1e0-L.jpgNé en 1942 dans un camion alors que sa famille fuyait les forces soviétiques alors en campagne dans son pays, Arto Paasilinna est un écrivain finlandais renommé, auteur de plusieurs de dizaines de romans dans lesquels il développe un humour fortement teinté d’absurde qui n’est, par moments, pas sans rappeler celui du romancier britannique Tom Sharpe. La réflexion à la fois désabusée et ironique sur le droit traverse plusieurs de ses œuvres, comme Prisonniers du paradis (1974), La Douce empoisonneuse (1988) ou encore Le Potager des malfaiteurs ayant échappé à la pendaison (1998). Continuer la lecture

Cyclone à l’ONU : la partouze et les dollars, mamelles des Nations Unies ? – Une analyse d’Olivier Corten

Macintosh HD:Users:olivier:Desktop:Unknown.jpeg

« Décidément, la partouze et les dollars étaient les deux mamelles des Nations Unies » (p. 133). Si l’on en croit cette affirmation pour le moins corrosive, les organisations internationales en général, et l’ONU en particulier, ne paraissent pas bénéficier d’un grand crédit auprès de Gérard de Villiers. Et, en effet, la lecture de Cyclone à l’ONU révèle une pensée à dominante réaliste, dans laquelle le droit et les institutions ne constituent au mieux que des artifices, au pire des instruments aux mains des Etats qui s’affrontent dans des relations de pouvoir. Le titre, qui met l’accent sur le désordre, voire l’anarchie, plutôt que sur la coopération et l’harmonisation, n’est donc pas innocent. Il exprime bien la conception des organisations internationales qui sera véhiculée tout au long du livre. Continuer la lecture

S.A.S. Bin Laden : la traque – Malko, conscience juridique de la CIA ? Une analyse de Nabil Hajjami

word-imageL’intrigue de ce 148ème numéro de SAS se déroule en 2002 et prend comme trame de fond l’intervention militaire des États-Unis en Afghanistan. Le roman nous permet de suivre les aventures de l’inénarrable Malko, dont la mission consiste ici en rien de moins que la capture du principal commanditaire des attentats du 11 septembre 2001. L’enquête, qu’il mènera au péril de sa vie, le conduira dans diverses régions d’Afghanistan et du Pakistan. Le roman commenté s’avère relativement riche en matériau juridique. Ces allusions au droit sont souvent le fruit des réflexions de Malko, lequel prend le soin, plusieurs fois dans le roman, de rappeler à l’un ou l’autre de ses interlocuteurs les potentielles limites juridiques de leur action.

À l’analyse, le roman commenté aborde des problématiques d’ordre institutionnel, principalement à travers le regard que porte son auteur sur l’ONU et ses agents ; et des questions d’ordre matériel – tout particulièrement lorsqu’il est question de la mise en œuvre de certaines règles du droit international public. On mettra ainsi en lumière le contraste qui existe entre le regard, très sévère, que l’auteur porte sur l’ONU, dont l’utilité et la pertinence sont régulièrement questionnées (I) et le regard, plutôt bienveillant, que ce même auteur porte sur diverses règles substantielles du droit international dont l’existence, sinon l’effectivité, lui paraissent indéniablement acquises (II). Continuer la lecture

S.A.S. L’agenda Kosovo : de Villiers, « légaliste désenchanté » ? – Une analyse d’Agatha Verdebout

word-imageL’intrigue de ce numéro 171 de la série SAS se déroule à veille de la déclaration d’indépendance du Kosovo, à l’automne-hiver 2007-2008. Par une froide nuit d’automne, les moines du monastère serbe orthodoxe de Vesaki Decani (entre Pec et Prizren) sont sauvagement décapités alors que les bersagliers italiens de la KFOR supposés les protéger vaquaient à des occupations plus … plaisantes. Cette exaction est-elle le fait d’un groupuscule d’extrémistes kosovars ? Ou  résulte-telle plutôt d’un complot de Belgrade, bien décidée à enrailler la marche latente mais certaine de la province vers l’indépendance? Notre héros, Malko, est appelé sur place par le bureau de la CIA à Pristina afin de résoudre cette énigme. Dans sa mission, il sera accompagné par Karin Steyr, une fonctionnaire de l’OSCE, qui s’avérera plus tard être un agent du MI6 ; après tout « c’est vrai que, d’habitude, les employés de l’OSCE ne parlaient pas albanais… » (p. 183).

Continuer la lecture

S.A.S. La résolution 687 : à la rencontre du droit international… Une analyse de Laurent Weyers

sas 687Ce 121ème numéro de la série SAS paraît, vu son titre, spécialement accrocheur. Il l’est à tout le moins pour celui qui, affectionnant tout autant le droit international que les romans d’espionnage, se plaît à examiner comment l’on présente le premier quand on écrit les seconds. L’intrigue se construit sans surprise dans le contexte qui suit l’adoption par le Conseil de sécurité, le 3 avril 1991, de la résolution 687. Quelques années ont passé, l’embargo fait durement souffrir l’Irak, et plus encore les hommes, femmes et enfants qui y vivent. Une lueur d’espoir perce toutefois quand Hussein Kemal, le gendre de Saddam Hussein, fuit l’Irak et se réfugie en Jordanie. Hussein Kemal, qui est en même temps le superviseur des programmes d’armement irakiens, semble en effet tout prêt à collaborer avec l’UNSCOM, la commission chargée en vertu de la résolution 687 de contrôler le démantèlement de l’arsenal irakien. Or, les secrets livrés, l’embargo ne se justifierait plus et il pourrait donc être levé. Seulement voilà, Chirstopher Angleton, le chef de la station de la CIA à Amman, n’y croit pas. Selon lui, la défection d’Hussein Kemal – et la découverte des documents relatifs aux armes secrètes irakiennes qui s’en est suivie – serait seulement une mise en scène. Voici comment il explique la situation au Prince Malko Linge, le célèbre héro de la série SAS, qui vient d’atterrir à Amman et ne connaît donc pas encore tous les contours de sa nouvelle mission. Continuer la lecture