Archives de l’auteur : Cherifa

Le droit international est-il un sport de combat ? Une suggestion d’Olivier Corten à (re)découvrir

En 2008, Emmanuelle Tourme-Jouannet, Hélène Ruiz-Fabri et Jean-Marc Sorel proposaient à près d’une trentaine de juristes internationalistes né.e.s autour de 1960 de préciser quelle était leur vision du droit international afin d’éprouver l’hypothèse selon laquelle il existerait une appréhension générationnelle de la discipline. Olivier Corten répondait à l’invitation en contribuant à leur ouvrage – Regard d’une génération de juristes sur le droit international – avec un article dont le propos, et peut-être encore davantage le ton, sont particulièrement personnels. Vous pouvez retrouver sa contribution intitulée « Le droit international comme sport de combat » ici, telle qu’elle a ensuite été reprise dans le livre qui a été consacré à son travail dans la collection « Doctrines » : Olivier Corten, Le discours du droit international. Pour un positivisme critique (2009, Pedone). On vous en souhaite une agréable lecture !

La dernière Conférence (Marc BRESSANT, 2008) : Au théâtre de la diplomatie – Une opinion de Maxime DIDAT[*]

Résultat de recherche d'images pour "la dernière conférence bressant" Roman publié en 2008 aux éditions de Fallois, La dernière Conférence obtint la même année le Grand Prix du Roman de l’Académie française. Son auteur, Marc Bressant (né Patrick Imhaus, en 1938), est à la fois romancier, diplomate et homme de télévision. Il n’est pas rare que des hommes de plume aient épousé la Carrière, et vice versa (Chateaubriand, Joseph de Maistre, Paul Claudel, Albert Cohen, Romain Gary, Jean-Christophe Ruffin, pour n’en citer que quelques-uns dans la littérature francophone). Il est dès lors toujours très réjouissant d’observer comment les subtilités diplomatiques peuvent être transposées au fil des pages. Précisément, à quoi tiendrait donc cet aspect « réjouissant », tant on sait que, s’agissant de la diplomatie en général, et des organisations internationales en particulier, les montagnes accouchent la plupart du temps de souris. On ne peut qu’afficher un sourire narquois à la description qu’en faisait déjà, dans un Bulletin du CICR d’avril 1986, Alain Modoux (un ancien haut fonctionnaire international) :

« Pour l’observateur extérieur, les conférences internationales se suivent et se ressemblent : les résultats visibles et tangibles sont rares, les mots disent tout, voire trop, mais ils ne résolvent pas grand-chose. Les arènes du verbe que sont devenues les conférences sont de plus en plus perçues, par le public, comme le lieu privilégié d’affrontements oratoires stériles, où les belles promesses restent sans lendemain ».

A cet égard, La dernière Conférence illustre à merveille comment les caucus internationaux, s’ils ambitionnent initialement de produire des textes faisant date, sont souvent davantage des microcosmes où l’on cocktaile, séduit et déambule, en professant de grandes idées tout en vaquant à ses petites ambitions. L’ouvrage révèle, parfois avec légèreté, parfois sur un ton plus désabusé, qu’in fine, les déclarations et autres actes institutionnels deviennent solubles dans les coupes de champagne, et que les fioritures diplomatiques finissent par prendre le pas sur les ordres du jour politiques et juridiques. En fait, au fil des pages, on en vient à se demander quelles sont les avancées concrètes qui peuvent découler d’un tel barnum international.

Continuer la lecture

Jarhead (2005) de Sam Mendes : Vicissitudes d’une traversée (statique) du désert par les soldats américains après l’invasion du Koweït – Une analyse de Jean-Baptiste Dudant (doctorant contractuel de l’IHEI, Université Paris II Panthéon-Assas)

Quatre jours après l’invasion du Koweït par l’armée irakienne, les Etats-Unis déploient des troupes en Arabie saoudite dans le cadre de l’opération « Bouclier du désert », le 6 août 1990. Parmi les effectifs figure l’escouade des Jarheads, dont le film de Sam Mendes tire son nom et raconte l’histoire. Le long métrage décrit la dégradation de la santé mentale des soldats paralysés dans le désert saoudien à cause des mesures adoptées par le Conseil de sécurité. Le réalisateur met en scène l’impact de la « logique du garrot qu’il était loisible à l’Irak de desserrer à tout moment[1] » adoptée par le Conseil de sécurité et louée unanimement en doctrine. C’est cette logique de l’immobilisme qui est mise en scène dans le film.

Avant d’aborder plus précisément les considérations juridiques, insistons sur le fait que Jarhead est un film de guerre tranchant avec le genre habituel, puisqu’il propose la description d’un conflit où les armes à feu ne sont jamais utilisées par les personnages principaux en-dehors des terrains d’entraînement. Sam Mendes propose son interprétation d’une « drôle de guerre » d’un nouveau type, dont l’immobilisme semble aller à l’encontre de la fonction de combat du militaire. Cette contradiction, présentée comme la négation de la raison d’être du soldat, est au cœur du film.

Continuer la lecture

Dossier spécial publié pour les 20 ans de la Cour pénale internationale


A la fin de l’année 2018, Vaios Koutroulis et Damien Scalia organisaient un colloque à l’Université libre de Bruxelles en vue d’interroger les 20 premières années d’existence de la Cour pénale internationale. Ce colloque a donné lieu à une publication reprenant les interventions des participant.e.s au colloque qui a été réalisée sous la direction de Marie-Laurence Hébert Dolbec, Vaios Koutroulis et Damien Scalia dans la section « Débats » de la revue e-legal, la revue de la Faculté de droit et de criminologie de l’ULB, qui est entièrement disponible en ligne. Vous pouvez y avoir accès ici. On vous en souhaite une bonne lecture !

Relire Jean Salmon au sujet des pandémies en droit international

En décembre 2006 se tenait à Aix-en-Provence une rencontre internationale au sujet de « la société internationale et les grandes pandémies », une rencontre à laquelle Jean Salmon était invité pour y présenter un rapport introductif. Les actes du colloque ont ensuite été publiés aux éditions Pedone, sous la direction de Sandrine Maljean-Dubois et Rostane Mehdi qui avaient organisé le colloque. Avec leur aimable autorisation, le Centre de droit international publie ici le texte écrit par Jean Salmon à l’époque.

Parution du numéro 2018-2 de la Revue belge de droit international

Le numéro 2018/2 de la Revue belge de droit international (RBDI 2018-2) est paru. Il inclut un dossier spécial intitulé « Arctic and Antarctic Regions : New Challenges for Ocean Governance » sous la direction d’Erik Franckx et Philippe Gautier. Vous y trouverez également une étude de Maxime Lismonde concernant le manuel de Tallinn sur la participation directe aux hostilités et un article co-écrit par Justine Braun et France Laurent à propos de la lutte contre le terrorisme menée à travers la censure des « contenus à caractère terroriste ». Ce dernier est en accès libre et disponible ici.
Bonne lecture !

De deux ouvrages racontant une certaine histoire du droit international 

Si l’histoire du droit international vous intéresse, vous aurez probablement remarqué la publication, ces dernières années, de deux ouvrages dont le succès retentissant a largement dépassé le cercle des juristes de droit international. Il s’agit, d’une part, d’un livre intitulé « The Internationalists – How a Radical Plan to Outlaw War Remade the World » de Oona Hathaway et Scott Shapiro ainsi que, d’autre part, d’un livre intitulé « East West Street – On the Origins of Genocide and Crimes against Humanity » de Philippe Sands qui a été traduit en français sous le titre « Retour à Lemberg ». Peut-être serez-vous alors tentés de lire les comptes-rendus qui en ont été faits il y a quelques mois par Agatha Verdebout, dans le Journal of the History of International Law (2019) disponible ici et par Anne Lagerwall, dans la Revue belge de droit international (2018/1) disponible .

Midi du Centre du mardi 3 mars – Manuel M Vergara Céspedes – REPORTE

REPORTE A UNE DATE ULTERIEURE

Le Centre de droit international a le plaisir de vous annoncer le prochain Midi du Centre qui se tiendra le mardi 3 mars 2020, et aura pour thème : « La compétence universelle en Espagne après la réforme de 2014 : enjeux et défis actuels » ». Il sera animé par Manuel M Vergara Céspedes (Université Carlos III de Madrid).

Manuel M Vergara Céspedes a obtenu sa licence en droit et son diplôme d’études commerciales à l’Universidad Pontificia Comillas ICAI-ICADE (Madrid), et un master en droit pénal économique à l’Université UNIR. Il est actuellement doctorant à l’Université Carlos III de Madrid.  Il combine ses recherches avec son travail de conseiller externe pour le cabinet d’avocats ILOCAD où il a travaillé comme avocat pendant 3 ans et avec ses conférences sur le droit pénal II à l’Université I.E. de Madrid et de Ségovie où il enseigne depuis 4 ans. En 2018, il a été nommé membre de la Commission d’experts du ministère de la justice espagnol chargée de la proposition d’une nouvelle loi de compétence universelle. Il a été aussi le directeur du département juridique de la Fondation internationale Baltasar Garzón (FIBGAR) où il a travaillé pendant 3 ans et collabore toujours en tant qu’expert externe. Dans le cadre de ses fonctions, il a été responsable du projet de rédaction des principes de compétence universelle de Madrid-Buenos Aires. Il a également travaillé comme consultant à l’unité « État de droit » du Bureau du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme (HCDH) à Phnom Penh (Cambodge) et pour l’Organisation internationale du travail (OIT) à Jakarta (Indonésie).

Pour rappel les Midis du Centre de droit international se déroulent à la salle de réunion du Centre de droit international, de 12h15 à 14h (Bâtiment H, 5ème étage, local H5.159). Des  sandwichs et rafraîchissements sont offerts sous réserve d’inscription avant 15h00 le jour ouvrable précédant l’événement. 
En cas d’empêchement impromptu, nous vous remercions de nous prévenir aussitôt que possible à l’adresse du cdi@ulb.ac.be

Midi du Centre du 27 février – Rémi BACHAND

Le Centre de droit international a le plaisir de vous annoncer le prochain Midi du Centre qui se tiendra le jeudi 27 février 2020, et aura pour thème : « Les dessous de la crise de l’Organisation mondiale du commerce : prenons l’économie politique au sérieux ». Il sera animé par Rémi BACHAND, professeur à l’UQAM.

Pour rappel les Midis du Centre de droit international se déroulent à la salle de réunion du Centre de droit international, de 12h15 à 14h (Bâtiment H, 5ème étage, local H5.159). Des  sandwichs et rafraîchissements sont offerts sous réserve d’inscription avant 15h00 le jour ouvrable précédant l’événement. Vous pouvez vous inscrire à partir du lien suivant : Midi CDI Remi BachandEn cas d’empêchement impromptu, nous vous remercions de nous prévenir aussitôt que possible à l’adresse du cdi@ulb.ac.be

Chaire Henri Rolin 2019-2020 – Conférences de Rémi BACHAND

Le Centre de droit international a le plaisir de vous informer que la Chaire Henri Rolin a été octroyée cette année à Rémi BACHAND, professeur à l’UQAM.

Après des études de sciences politiques (B.A., UQAM, 1998), Rémi Bachand a fait une maîtrise (LL.M., UQAM, 2000) et un doctorat en droit international (Université Paris I, Panthéon-Sorbonne, 2007). Il passa ensuite une année comme chercheur postdoctoral à l’Université Harvard. Il enseigne au Département des sciences juridiques de l’Université du Québec à Montréal depuis 2008. Il a été professeur invité à l’Institut des Hautes Études Internationales (Université Paris II) en 2014, puis chercheur invité à la Universidad de los Andes (Bogota, Colombie) en 2014-2015. Il s’intéresse aux théories, et particulier aux théories critiques dans le champ du droit international, ainsi qu’au droit économique international.

Rémi Bachand donnera une première conférence intitulée « Subalternity and International Law », à la Vrije Universiteit van Brussel (VUB) le mercredi 26 février. La seconde conférence aura lieu à l’Université de Liège le vendredi 28 février de 10h à 12h et aura pour thème « La crise à l’OMC : l’économie politique au service de la compréhension de l’évolution des institutions internationales ».

Pour les infos pratiques, cliquez ICI