Archives de l’auteur : Cherifa

Défense publique de thèse de Marie-Laurence Hébert-Dolbec – Mercredi 21 avril

Le Centre de droit international a le plaisir de vous convier à la soutenance publique de la thèse de doctorat en sciences juridiques de Madame Marie-Laurence Hébert-Dolbec, intitulée « La place réservée aux victimes au sein de la justice internationale pénale »

Attention, le nombre de places est fortement limité en raison de la situation sanitaire : pour pouvoir participer en présentiel à la soutenance de Madame Hébert-Dolbec vous devrez au préalable vous inscrire auprès de Madame Chérifa Saddouk (cdi@ulb.ac.be) qui vous confirmera votre inscription.

Pour rappel, le port du masque est obligatoire dans tout l’établissement, y compris durant l’évènement, les distanciations physiques doivent également être respectées (une place assise sur 5).

Pour les personnes ne pouvant s’inscrire à la soutenance en présentiel, vous pourrez suivre la défense via Teams : Soutenance publique Marie-Laurence Hébert-Dolbec

Cette soutenance aura lieu en présentiel au local H2215 (Campus du Solbosch, bâtiment H, local 2215) de 15 à 17H.

Le Centre de droit international de l’ULB engage !

Le Centre de droit international de l’ULB engage un.e assistant.e à temps plein pour un mandat de deux ans (renouvelable deux fois). Ce mandat inclut des tâches de recherche consistant à réaliser une thèse de doctorat dans le domaine du droit international public, des tâches pédagogiques ainsi que des tâches logistiques. Concernant les tâches pédagogiques plus particulièrement, l’assistant.e devra prendre en charge des groupes de travaux pratiques à concurrence de minimum 120 h/an (face à l’étudiant) et devra aussi accomplir des activités de service à la Faculté et l’Université (surveillance d’examens, participation à des commissions, etc.). Le délai pour introduire une candidature est fixé au 10 mai 2021 et l’entrée en fonction est prévue au 1er octobre 2021.

Pour avoir plus d’informations au sujet de ce poste, vous pouvez consulter l’annonce en français  ici et l’annonce en anglais ici.

« A la paix comme à la guerre » – Discussion autour du livre d’Olivier Corten

« A la paix comme à la guerre »

Le 25 mars dernier, Christophe Wasinski, Anne Lagerwall et Vaios Koutroulis (ULB) ont discuté avec Olivier Corten de son ouvrage « A la paix comme à la guerre – Le droit international face aux exécutions extrajudiciaires ciblées », paru chez Pedone en 2021. Vous trouverez la vidéo reprenant leurs échanges. Vous pourrez soit visionner l’intégralité de la discussion, soit consulter plus spécifiquement l’un des trois parties qui la composent en utilisant les liens prévus à cet effet.

Parution du nouveau numéro de la Revue belge de droit international

 Le numéro 2020/1 de la Revue belge de droit international (RBDI 2020/1) paraîtra dans quelques jours. Il inclut notamment un dossier intitulé « La paix par le droit 100 ans après le traité de Versailles: Quelles leçons et quel devenir pour la coopération international ? » sous la direction des professeures Lucie Delabie et Sarah Cassella.  On pourra y lire également une étude plus historique réalisée par Jean Salmon au sujet de « La reconnaissance par la Belgique du royaume d’Italie en novembre 1861 ».

Bonne lecture !

Parution de « ‘A la paix comme à la guerre’ : le droit international face aux exécutions extrajudiciaires ciblées », par Olivier Corten

Ce livre s’ouvre sur « Search and Destroy », des Stooges, et se clôture par « No Shelter », de Rage against the Machine. Dans l’intervalle, il propose une réponse juridique aux arguments avancés, essentiellement par les administrations étasuniennes depuis 2001, pour justifier des exécutions extrajudiciaires (targeted killings) perpétrées à l’étranger. Le débat juridique se déploie sur deux fronts : celui des droits des Etats sur les territoires desquels ces exécutions ont lieu, et celui des droits des personnes visées par ces exécutions et ceux de leurs proches, qu’il s’agisse du droit des conflits armés ou des droits humains. Au-delà des critiques juridiques soulevées à l’encontre des exécutions extrajudiciaires, le livre met en évidence les tensions que cette pratique exerce sur le droit international lui-même. Ces exécutions, et plus encore les discours justificatifs qui les accompagnent, tendent en effet à brouiller les catégories et les distinctions juridiques bien établies. Le droit de viser un combattant ennemi (en droit des conflits armés, ou jus in bello) constituerait en effet une cause juste de guerre (et donc un jus ad bellum), les droits humains étant quant à eux purement et simplement écartés sous le prétexte de l’existence d’une « guerre contre le terrorisme » aux contours indéfinis. On est bien devant une sorte de « licence to kill », qui fait écho à une formule qui en ramasse la logique : « à la paix comme à la guerre ».
Paris, Pedone, 2021, 173 p., 18 €
Pour une présentation plus détaillée, cliquez ici

Un nouvel arrivé au Centre de droit international !

Stefano d’Aloia a récemment obtenu une bourse doctorale pour réaliser une thèse au sujet du respect des droits humains dans les territoires occupés en violation du droit international, une thèse qu’il poursuivra au sein du Centre de droit international. Il est titulaire de masters en droit (2013, ULiège) et en sciences économiques (2016, HEC-Liège) ainsi que d’un master complémentaire en droit fiscal (2014, ULiège) et d’un master spécialisé en droit international (2019, ULB). 

L’édition 2020 du concours Jean Pictet vu par l’équipe qui y a représenté l’ULB

Enjoy !
Si le Pictet pouvait être résumé en un mot, ce serait probablement celui-là. Néanmoins, il est vrai aussi que l’édition Pictet 2020 ne se résume pas seulement à la semaine passée dans un cadre paradisiaque en Indonésie. En effet, le concours nous a demandé beaucoup de préparation et quelques déplacements à cet effet. S’il nous fallait mettre des chiffres sur notre préparation pour la résumer, nous dirions sans doute : 1 dossier de candidature ayant demandé des heures de recherches, d’écriture, de corrections, et de réécritures, parfois jusqu’aux petites heures (les lacunes du droit international humanitaire et Sun Tzu n’ont plus de secret pour nous) ; 12 exercices de simulations de parfois 3 heures ; 1 examen final ; 1 journée à Liège afin de nous tester contre l’équipe de l’Université de Liège ; 5 intervenants extérieurs qui ont pris de leur temps pour nous préparer (un grand merci à eux) ; 1 journée de simulation au siège de la Croix-Rouge à Bruxelles, mais aussi des heures incalculables de recherches, d’écriture de fiches (plus de 1000 pages au total), d’innombrables questions et la perte de quelques heures de sommeil.
Après cette préparation intensive rendue possible grâce à l’ULB, nous avons enfin décollé le jeudi 20 mars direction Denpasar (Bali, Indonésie) avec comme bagages notre préparation et nos kilos de fiches, codes et matériels en tout genre (déguisements inclus).

Continuer la lecture