Archives de l’auteur : Cherifa

Un nouvel arrivé au Centre de droit international !

Stefano d’Aloia a récemment obtenu une bourse doctorale pour réaliser une thèse au sujet du respect des droits humains dans les territoires occupés en violation du droit international, une thèse qu’il poursuivra au sein du Centre de droit international. Il est titulaire de masters en droit (2013, ULiège) et en sciences économiques (2016, HEC-Liège) ainsi que d’un master complémentaire en droit fiscal (2014, ULiège) et d’un master spécialisé en droit international (2019, ULB). 

L’édition 2020 du concours Jean Pictet vu par l’équipe qui y a représenté l’ULB

Enjoy !
Si le Pictet pouvait être résumé en un mot, ce serait probablement celui-là. Néanmoins, il est vrai aussi que l’édition Pictet 2020 ne se résume pas seulement à la semaine passée dans un cadre paradisiaque en Indonésie. En effet, le concours nous a demandé beaucoup de préparation et quelques déplacements à cet effet. S’il nous fallait mettre des chiffres sur notre préparation pour la résumer, nous dirions sans doute : 1 dossier de candidature ayant demandé des heures de recherches, d’écriture, de corrections, et de réécritures, parfois jusqu’aux petites heures (les lacunes du droit international humanitaire et Sun Tzu n’ont plus de secret pour nous) ; 12 exercices de simulations de parfois 3 heures ; 1 examen final ; 1 journée à Liège afin de nous tester contre l’équipe de l’Université de Liège ; 5 intervenants extérieurs qui ont pris de leur temps pour nous préparer (un grand merci à eux) ; 1 journée de simulation au siège de la Croix-Rouge à Bruxelles, mais aussi des heures incalculables de recherches, d’écriture de fiches (plus de 1000 pages au total), d’innombrables questions et la perte de quelques heures de sommeil.
Après cette préparation intensive rendue possible grâce à l’ULB, nous avons enfin décollé le jeudi 20 mars direction Denpasar (Bali, Indonésie) avec comme bagages notre préparation et nos kilos de fiches, codes et matériels en tout genre (déguisements inclus).

Continuer la lecture

Parution du nouveau numéro de la Revue belge de droit international

Le numéro 2019/1-2 de la Revue belge de droit international (RBDI 2019/1-2) paraîtra le 14 décembre prochain. Il inclut notamment la chronique réalisée, sous la direction d’Eric David, au sujet de « La pratique du pouvoir exécutif et le contrôle des chambres législatives en matière de droit international (2014-2019) » ainsi qu’une étude d’Odile Dua intitulée « Arms supply to Saudi Arabia : a possible implementation of Belgium’s state responsibility ? » qui sera en accès libre sur le site de la RBDI.

Bonne lecture !

 

Parution de la troisième édition du « Droit contre la guerre » d’Olivier Corten

La troisième édition du Droit contre la guerre, rédigée par Olivier Corten, vient de paraître. Elle a donné lieu à un important travail d’actualisation, couvrant la période 2014-2020, mais aussi de refonte. Il en a résulté des adaptations considérables dans plusieurs chapitres, comme indiqué dans la page 4 de couverture reproduite ci-dessous. Sur un plan plus formel, pour ne pas alourdir, au sens propre comme au sens figuré, l’ouvrage, certains passages ont été synthétisés, et l’appareil de notes de bas de page a été simplifié. Vous trouverez ici des informations supplémentaires à propos de l’ouvrage. Ce dernier peut être commandé, directement ou par l’intermédiaire d’une librairie, aux éditions Pedone (editions-pedone@orange.fr).

Le conflit au Haut-Karabakh et le droit international en douze questions

Le conflit au Haut-Karabakh et le droit international
Olivier Corten, Vaios Koutroulis et François Dubuisson, professeurs de droit international à l’ULB, abordent différents aspects juridiques du conflit au Haut…
Bon visionnage !


Dans des interviews réalisées le 14 octobre 2020, Olivier Corten, Vaios Koutroulis et François Dubuisson traitent de divers aspects du conflit du Haut Karabakh au regard de l’interdiction du recours à la force, du droit des conflits armés ainsi que des droits humains.

Les douze questions traitées sont les suivantes, avec pour chacune d’entre elles un lien direct dans la vidéo :

  1. Au regard de l’interdiction du recours à la force selon la Charte des Nations Unies, peut-on identifier un agresseur et un agressé ?
  2. Le fait pour l’Azerbaïdjan de viser des forces arméniennes, sur son propre territoire, ne peut-il constituer un acte d’agression ?
  3. Trente ans après le début du conflit, l’Azerbaïdjan peut-il encore exercer son droit de légitime défense contre l’Arménie ?
  4. L’intervention de la Turquie aux côtés de l’Azerbaïdjan est-elle admissible au regard du droit international ?
  5. Le conflit actuel entraîne des bombardements sur des personnes et des bâtiments civils, en milieu urbain. Que dit le droit international à ce sujet ?
  6. L’utilisation par l’Azerbaïdjan de bombes à sous-munition est-elle licite? Et qu’en est-il du recours à des combattants djihadistes, envoyés par la Turquie ?
  7. Le cessez-le-feu conclu le 7 octobre entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan prévoit un échange de prisonniers de guerre. Que prévoit le droit international à ce sujet ?
  8. Dans le contexte de la guerre au Haut Karabakh, les droits humains demeurent-ils d’application ?
  9. Quelles sont les juridictions internationales qui pourraient se prononcer sur le respect du droit international dans le conflit ?
  10. Qui est responsable du respect des droits humains au Haut Karabakh, république autoproclamée depuis 1991 ?
  11. Quels sont, dans ce conflit, les droits humains qui ont été violés ?
  12. Le conflit du Haut Karabakh est-il unique en Europe, ou existe-t-il d’autres situations analogues ?

Disparition de Jean Vandeveld, un éditeur d’exception

C’est avec beaucoup de tristesse que le Centre de droit international a appris la disparition, le 18 août, de Jean Vandeveld qui a incarné pour nombre de juristes les éditions Bruylant auxquelles il a consacré un demi-siècle et qu’il a dirigées jusqu’en 2011. Outre son humour et sa jovialité, sa curiosité et sa finesse, Jean Vandeveld se caractérisait aussi par la volonté d’offrir au droit international une place de choix parmi les publications de sa maison d’édition, en soutenant par exemple la Revue belge de droit international à partir de 1976 et la collection de droit international à partir de 1981. A l’occasion des 175 ans des éditions, Jean Salmon avait souligné les qualités de cet éditeur d’exception auquel le Centre était si attaché dans un discours que vous pouvez consulter ici.

Jean Salmon et Jean Vandeveld

Relire « Jusnaturalisme et légitimation du pouvoir : l’exemple du Congo belge » d’Olivier Corten

En 2004, dans « Le droit comme idéologie », un ouvrage co-rédigé avec Annemie Schaus, paraissait un texte d’Olivier Corten sur la manière dont la colonisation violente et raciste du Congo belge avait été légitimée par des considérations de droit naturel, … un droit « naturel » qui allait plus tard être utilisé pour légitimer la décolonisation. Cette étude, reproduite par ailleurs dans « Le discours du droit international », un recueil paru chez Pedone en 2009, faisait partie d’un enseignement d’introduction au droit dispensé en première année à l’U.L.B. pour tous les étudiant.es en sciences politiques et sociales et en journalisme. Il est  disponible ici en accès libre, dans le contexte des débats actuels sur le maintien des ravages du racisme en général, et sur la légitimité (que certain.es défendent toujours) de la colonisation du Congo en particulier.